Un choc de religions

Publié le par Veritas

Un livre extraordinaire, à lire de toute urgence pour comprendre le présent. En vente dans toutes les librairies. «En cette première décennie du XXIe siècle, il n’est pas de jour sans que l’on parle d’attentats commis par ceux que l’on nomme assez étrangement les ‘intégristes’ ou les ‘islamistes’ et qui sont simplement des musulmans tuant et mourant pour ce qu’ils estiment être leurs droits, leur liberté, leurs traditions, leur foi. En ces premières années de l’an 2000, des Européens et des Américains occupent au moins deux pays musulmans, l’Afghanistan et l’Iraq, et ils y combattent. Sous couvert de l’ONU et de l’OTAN ou de leur propre chef, ils ont engagé leurs forces au Liban, au Kossovo, en Tchétchénie et ont installé des bases militaires dans d’autres territoires. Ils menacent l’Iran ou la Syrie et interviennent un peu partout ailleurs. Qu’on le reconnaisse ou non, l’Occident est en état de guerre avec des musulmans, c’est-à-dire avec l’islam. Et pourtant, dans tous les discours officiels, dans les media, dans l’opinion publique, on ne cesse de proclamer son estime et son amitié pour la religion et le monde islamiques, on s’efforce de les faire connaître, de les faire admirer. Je suis bien placé pour le savoir puisque j’ai consacré une partie de ma vie à enseigner leur art et à écrire leur histoire. Dans tous les pays riches, des ressortissants de ce monde arrivent de plus en plus nombreux pour, dit-on, s’y assimiler, et, qu’on le fasse ou non, on prétend les y bien recevoir. Un nombre non négligeable de personnes d’origine chrétienne se convertissent à l’islam. Cette cohabitation, ces relations pacifiques, amicales, dissimulent mal une autre réalité : des gens que l’on n’ose plus appeler chrétiens sont en conflit avec des gens qui se nomment bien encore musulmans. Les religions portent-elles en elles le germe de la guerre ? On peut le craindre. Il n’est pas indifférent de savoir comment, pourquoi, dans quelle mesure. Il ne l’est pas de savoir si elles ont obéi à leur corps défendant à l’instinct belliqueux, si elles ont été forcées de lui obéir pour survivre ou si elles l’ont cultivé, voire promu.»

Publié dans Bibliothèque

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article